Skip to main content Skip to home page

Archives Numéros disponibles depuis 1992

Dans les archives, vous trouvez toutes les contributions qui ont été publiées depuis 2010 sur la plateforme online, et également les bulletins annuels de l'association Forum suisse sur la lecture pour les années 1992 à 2006


Previous Next Previous Next

Illettrisme – rattraper ses lacunes en littératie

Les compétences en lecture et en écriture ne permettent pas seulement de réussir à l'école mais sont indispensables pour participer à la vie sociale. Graham/Perin (2007) ont montré que les compétences en lecture et en écriture jouent un rôle toujours plus important dans la vie professionnelle. Selon l'étude « Adult Literacy and Lifeskills Survey (ALL) » environ 16% de la population suisse ne peut pas facilement localiser une information qui est équivalente voire identique à celle de la question posée à partir de textes cohérents et simples. L'étude nous montre qu'il y a (aussi) des adultes qui manquent de compétences de base suffisantes en lecture alors même qu'ils ont suivi l'école obligatoire et ont souvent même terminé une formation. Mehr

  • Articles centraux « Demande plutôt à quelqu’un d’autre! » : connaissances en lecture et écriture des adultes ayant des difficultés avec l’écrit de Maik Philipp, Afra Sturm
    Alors que l’on débat dans de larges cercles de la proportion d’illettrés et d’analphabètes fonctionnels, les aptitudes et connaissances en lecture et écriture des adultes éprouvant des difficultés avec l’écrit demeurent un domaine peu connu. Le projet « Littéralité au travail et au quotidien » s’y est attelé, en suivant quatre adultes participant à un cours de lecture et d’écriture et en mettant en lumière leurs savoirs en la matière. Ces savoirs ont été recensés lors d’entretiens partiellement structurés. Les résultats sont examinés sous l’angle méthodologique mais surtout dans la perspective de leurs implications didactiques. Lire l'article en PDF (DE)
  • De la pratique Cours de base de lecture et écriture : une formatrice témoigne Chapeau de Ursula Bänniniger
    Des cours de base de lecture et d’écriture sont dispensés depuis plus de 25 ans dans presque tous les cantons suisses. Ils s’adressent à des adultes limités dans leur quotidien et leur parcours professionnel par des aptitudes insuffisantes dans ces domaines, bien que la plupart d’entre eux aient effectué la totalité ou la plus grande partie de leurs scolarité en Suisse ou dans un système scolaire comparable. La situation se présente différemment en Suisse romande où de nombreux migrants peu ou pas scolarisés maitrisent déjà le français parlé.
    L’article présente la pratique courante des formations proposées aux adultes touchés par l’illettrisme en s’appuyant sur l’exemple des cours de base de lecture et écriture de l’école cantonale de formation continue EB Zürich. Une pratique qui se nourrit aussi bien des expériences des apprenants, de leurs compétences individuelles en lecture et écriture, de leur estime d’eux-mêmes, de leur motivation et de leurs ressources, que des exigences élevées que l’on accorde dans notre société aux compétences en lecture et écriture et aussi des intuitions, savoirs et aptitudes des formateurs. Lire l'article en PDF (DE)
  • De la pratique Des ressources pédagogiques au service d'adultes en situation d'illettrisme. de Ariane Dreyer, Céline Monney, Annick Rossier, Dominique Theurillat
    Le présent article rend compte du processus suivi par l'Association Lire et Ecrire pour valoriser les ressources pédagogiques développées par les formatrices de l'Association. Ces ressources, basées sur une pratique de terrain, sont adaptées aux adultes en situation d'illettrisme. Actuellement, l'Association emploie 90 formatrices réparties sur l'ensemble du territoire romand. Les ressources pédagogiques utilisées par les formatrices sont le plus souvent des productions personnelles qui correspondent aux besoins spécifiques des apprenantes. Ce travail considérable n'était jusque-là que peu valorisé. Le projet permet d'organiser les ressources pédagogiques existantes, d'en développer de nouvelles et de les pérenniser. D'autre part, il les rend accessibles à l'ensemble des formatrices de l'Association et à toute personne intéressée. Ce « Projet plateforme » a débuté en septembre 2009 et se termine en juillet 2013. Lire l'article en PDF (FR)
  • De la pratique Le collectif genevois pour la formation de base des adultes de Daniele Beltrametti
    L'article décrit le projet de mise en réseau de 9 associations genevoises qui proposent des cours de formation de base pour adultes. Une collaboration initiée en 2007, marquée par plusieurs étapes importantes et qui est aujourd'hui en plein développement grâce au soutien du Fonds Chômage de la Ville de Genève. L'article commence par définir la formation de base, donne ensuite un aperçu de l'historique du collectif d'associations et se termine en décrivant les trois axes du projet actuellement en cours: l'implémentation des référentiels de compétences dans les offres de formation, la création d'une prestation commune de soutien individuel des parcours de formation et la création d'un titre cantonal officiellement reconnu dans le domaine des compétences de base. Lire l'article en PDF (FR)
  • Articles centraux Entrer dans l'écrit à l'âge adulte : supports, ressources et apprentissage de Christopher Parson, Samra Tabbal Amelia
    Cet article propose une réflexion sur la question des supports et des ressources à disposition d'adultes en insécurité face à l'écrit. Il présente une étude de cas à statut exploratoire issu d'un entretien biographique réalisé dans le cadre d'une recherche portant sur l'entrée dans l'écrit d'adultes migrants n'ayant pas connu la forme scolaire dans leur pays d'origine et étant engagés dans un processus d'alphabétisation. L'analyse du récit d'un apprenant suivant un cours d'alphabétisation en Suisse romande, se focalise sur les conditions de vie et les contextes structurels, économiques et socioculturels au sein desquels ce dernier mobilise son pouvoir d'action au fil de son parcours de vie et développe des apprentissages dans le domaine de la littératie. Lire l'article en PDF (FR)
  • Articles centraux « Quand la matière nous plaît, ça va tout seul ! » : sur l’expertise des formateurs dans la formation de base et la formation de rattrapage de Nadja Lindauer, Afra Sturm
    L’expertise des formateurs joue un rôle fondamental dans l’organisation des processus d’apprentissage et d’enseignement et, partant, dans le développement des compétences et des performances des apprenants. Ce constat devrait également s’appliquer aux formateurs dans la formation de base et la formation de rattrapage, dont les élèves ont souvent connu auparavant toute une série de difficultés et d’échecs. Le projet « Littéralité au quotidien et au travail » ne s’intéresse pas qu’aux personnes en difficulté par rapport à la lecture et à l’écriture mais aussi aux formateurs. Cet article présente les savoirs et les convictions de trois d’entre eux, engagés dans la formation de base et la formation de rattrapage. Le matériau a été recueilli lors d’entretiens partiellement structurés. A partir de là, la question de l’adéquation des savoirs dans les domaines de la lecture et de l’écriture, du point de vue des formateurs mais aussi des apprenants, est posée et thématisée dans la perspective des conséquences possibles. Lire l'article en PDF (DE)
  • De la pratique Parler d’illettrisme, ce n’est pas si simple Chapeau de Brigitte Aschwanden, Mariangela Pretto
    La Fédération suisse Lire et Ecrire organise des séances de sensibilisation à l’intention des institutions relais. Ces séances ont lieu depuis trois ans en Suisse alémanique et au Tessin et depuis bientôt deux ans en Suisse romande. Des personnes ayant des fonctions de conseil sont ainsi sensibilisées au phénomène de l’illettrisme et prennent connaissance des moyens d’agir concrètement pour aider les personnes touchées. Cette tâche n’est pas simple, et ce pour différentes raisons : les personnes chargées de la sensibilisation doivent en effet aborder un sujet tabou et non seulement transmettre des informations mais parler aussi du contexte social qui entoure la notion d’illettrisme, les processus de lecture et d’écriture et les possibilités d’agir. Le tout dans le « bon » ordre, en s’adaptant aux groupes cibles et souvent en peu de temps.
    D’autres règles diffèrent dans les séances de sensibilisation et dans les séances d’information. Il ne s’agit pas seulement de transmettre du savoir mais aussi de faire évoluer des attitudes et des positions. Lire l'article en PDF (DE)
  • Varia ECLER, une méthodologie, un esprit, une pratique pour maîtriser la langue à partir de l'écriture personnelle de Noël Ferrand
    L'originalité et l'efficacité de la démarche pédagogique des Ateliers ECLER résident dans le fait qu'elle utilise la dynamique de l'expression personnelle comme vecteur des apprentissages linguistiques. La langue objet d'étude, de structuration, n'est autre que celle émise par l'apprenant et retravaillée individuellement avec le formateur dans une discussion-négociation qui permet peu à peu d'identifier les normes de la langue française, de les intégrer, tant du point de vue de la grammaire que de l'orthographe. C'est là l'objectif annoncé, celui qui répond à l'attente du demandeur. Mais, pris dans la logique de la communication, cet écrit est offert aux autres, donné à lire et produit de la reconnaissance. D'où la valorisation personnelle qui en résulte, la mise en confiance de son auteur et la dynamisation de l'apprentissage, lui garantissant son efficacité maximum. Lire l'article en PDF (FR)
  • Varia Mesures d'encouragement et de motivation à la lecture : une manière de prévenir l'illettrisme ? de Christian Nidegger, Anne Soussi
    Depuis une bonne vingtaine d'années, on a découvert la présence d'illettrés dans les pays dits développés. Les enquêtes internationales réalisées auprès des adultes (IALS, ALL) ont confirmé qu'un pourcentage non négligeable d'adultes ayant été scolarisés dans les pays de l'OCDE et en Suisse en particulier avaient des compétences en littératie et en numératie ne leur permettant pas de faire face aux exigences de la vie quotidienne. En 2000, l'étude PISA montrait également des difficultés chez un certain nombre de jeunes de 15 ans. Le rôle de l'école étant primordial, la CDIP a rédigé des recommandations à la suite de cette enquête et a proposé des mesures en lien avec la lecture et l'enseignement de la langue de scolarisation. Dans la plupart des cantons suisses et romands notamment, des mesures ont ainsi été mises en place. Une étude a été réalisée dans le canton de Genève concernant la mise en place de ces mesures à l'école obligatoire et dans les structures de transition de l'enseignement postobligatoire. Les enseignants ont été interrogés à propos de l'utilisation de ces mesures ainsi que sur les points forts et faibles de ces dernières. Lire l'article en PDF (FR)
  • Varia Quelle est ma motivation lorsque je lis et écris ? Et si je suis motivé, de quelle manière ? Mise en évidence et nécessité de clarifier les différents niveaux de motivation à lire et écrire de Maik Philipp
    Une personne motivée pour lire et écrire lit-elle et écrit-elle forcément de bon cœur ? Là où le sens commun nous inciterait à répondre intuitivement par un « oui » sans ambiguïté, le monde scientifique se refuse à donner une réponse positive unanime. En fait, plusieurs constructions théoriques issues notamment de la psychologie de la motivation entrent en jeu. Elles peuvent se recouper partiellement mais aussi diverger fondamentalement. Cet article aborde de manière détaillée le domaine complexe de la motivation à lire et à écrire sous une double perspective. Dans une première partie, diverses constructions théoriques sont présentées de manière systématique. La seconde partie met en lumière une partie des expériences faites de manière empirique afin de définir plus précisément les liens entre les différentes variables de la motivation et les mesures de performance. L’article se conclut par une récapitulation des recherches existantes et à mener.
Nach oben / en haut